Cult Of Luna & Russian Circles à Paris - France - Billets

L'Olympia, Paris - France.

Type de billet Prix (Hors frais)? Quantité
CAT 1 - SEETICKETS €49,50 (€49,50)
CAT 2 - SEETICKETS €44,00 (€44,00)
CAT 3 - SEETICKETS €39,60 (€39,60)

Plus d'informations sur les billets Cult Of Luna & Russian Circles

Catégorie 1 : Mezzanine (assis, numéroté)
Catégorie 2 : Balcon (assis, numéroté)
Catégorie 3 : Orchestre debout (placement libre)
----
CULT OF LUNA
Depuis plus de deux décennies, les Suédois de Cult Of Luna ont forgé un son incomparable à celui des autres. Ambitieux, épiques, viscéraux et imprégnés d'émotion, ils conçoivent souvent des chansons de plus de huit minutes, mais font en sorte que chaque moment compte. Avec A Dawn To Fear en 2019, ils ont atteint le point culminant de leur carrière, et avec The Raging River EP en 2021, ils ont poursuivi le voyage commencé avec ce disque, qui se termine avec The Long Road North, qui est l'une de leurs oeuvres les plus dynamiques et les plus belles à ce jour.
 
Dès que les auditeurs appuient sur la touche play, ils se retrouvent en territoire familier et pourtant rafraîchissant de Cult Of Luna, avec les rythmes pulsés de "Cold Burn" qui martèlent, et le rugissement sauvage de Persson qui déchire les couches de guitare. Comme c'est le cas pour chaque album du groupe ces dernières années, il y a beaucoup de changements de dynamique et de densité sonore, et peut-être plus que d'habitude sur The Long Road North. "C'est un album qui a un gros son. Je le décrirais presque comme cinématographique. Je pense que l'une des raisons pour lesquelles nous avons été capables d'être aussi productifs ces deux dernières années est que nous avons constamment écrit avec le coeur. Nous avons laissé nos instincts nous guider, et je pense que nous voyons de plus en plus clairement où nous allons", déclare le chanteur/guitariste Johannes Persson, qui est l'une des principales forces motrices du groupe depuis sa création. Le titre de l'album a une signification profonde pour le frontman, en lien avec ses prédécesseurs. The Long Road North" est un titre qui symbolise le voyage mental que j'ai effectué il y a quelques années. Les paroles de la chanson ont été l'une des premières que j'ai écrites lorsque nous avons recommencé à écrire après 'Mariner' (2016). 
 
Si 'A Dawn To Fear' et 'The Raging River' sont nés du fait de donner un sens à une sorte de chaos émotionnel, 'The Long Road North' est une analogie pour trouver un moyen d'en sortir et faire le premier pas vers là où je veux être. Même si je ne suis plus à cet endroit et que le voyage continue, j'ai l'impression que le titre est une étape qui doit être franchie avant de continuer." Le contenu lyrique est un mélange entre l'endroit où Persson était et celui où il se trouve maintenant, puisque les mots ont été écrits sur une période si longue.
 
Il a intégré dans ce disque des enregistrements inachevés de A Dawn To Fear, qui ont été enregistrés à Ålesund, en Norvège, alors que la plupart des sessions de The Long Road North se sont déroulées à Umeå, en raison de la pandémie. Satisfaits du son de la batterie sur The Raging River, ils sont retournés chez Daniel Berglund et au studio Sandås pour enregistrer la batterie et les percussions, tandis que le reste a été fait aux studios Second Home, le groupe produisant comme d'habitude tout lui-même. Les titres "Beyond I" et "Beyond II" se distinguent particulièrement par leur dépouillement et la participation d'artistes extérieurs pour les aider à réaliser leur vision. Sur "Beyond I", on retrouve Mariam Wallentin, une chanteuse et multi-instrumentiste suédoise de renommée internationale, connue pour son groupe Wildbirds And Peacedrums, un duo de jazz progressif, tandis que pour "Beyond II", plus proche, le groupe a recruté Colin Stetson, qui a travaillé avec Arcade Fire, Bon Iver et Tom Waits, mais qui est surtout connu pour son travail sur les bandes originales, notamment celle d'Hereditary. Aux côtés de Stetson et Wallentin, ils ont également recruté leurs amis Christian Mazzalai et Laurent Brancowitz du groupe français Phoenix pour ajouter leur guitare caractéristique au titre phare "Blood Upon Stone". "Ils ont été assez généreux de leur temps et de leur créativité pour nous aider. Tous ces musiciens extraordinaires nous ont aidés à créer quelque chose que nous n'aurions certainement pas été capables de faire par nous-mêmes."
 
Avec des tournées prévues et l'espoir de figurer à l'affiche de certains festivals en 2022, Cult Of Luna est à ce stade très tourné vers l'avenir, tout en gardant ses ambitions modestes. "Tout ce que nous avons fait ces vingt dernières années a été plus que ce dont nous pouvions rêver. Un objectif aussi bon qu'un autre est simplement de continuer à faire ce que nous faisons à nos conditions pour une année supplémentaire."
 
RUSSIAN CIRCLES
Au cours de ses sept albums studio précédents, le trio instrumental Russian Circles, basé à Chicago, a traversé une multitude de sons, d'ambiances et d'approches avec son arsenal de batterie, de basse et de guitare. Il est difficile de tracer une évolution dans leur son alors que leurs disques ont toujours ressemblé à des playlists bien choisies. Il n'était pas rare d'entendre, sur un même album, des méditations au son de bourdon, des exercices de prog éblouissants, des fêtes de riffs qui font vibrer le corps, des ballades folk obsédantes et du noise rock qui fait monter la tension. Pourtant, il est difficile d'ignorer la progression entre les mélodies pensives et complexes de Enter (2006) et les mélopées distordues de Blood Year (2019). Il s'agit d'un changement sonore graduel dû au calendrier de tournée rigoureux du groupe et à sa tendance à jouer ses morceaux les plus autoritaires sur scène. Mais avec leur nouvel album, qui sortira sur Sargent House en 2022, Russian Circles évite le terrain varié de leur travail passé et se fraie un chemin à travers le territoire le plus tumultueux et le plus déchirant de leur son.