Sleaford Mods billets et dates

Plus d'informations à propos Sleaford Mods

Dans les moments comme ceux qu'on traverse, il faut un groupe comme Sleaford Mods. Sauf que, bien sûr, il n'y a pas d'autres groupes comme Sleaford Mods.
Le frontman polémique Jason Williamson et l'habile producteur Andrew Fearn se rebellent contre les connards avec un mordant et un esprit inégalés. Et "Spare Ribs", leur étonnant sixième album dans lequel ils collaborent avec Amy Taylor des punks de Melbourne Amyl et The Sniffers, et avec la nouvelle venue britannique Billy Nomates, trouve le duo rempli de colère contre le gouvernement britannique qui se croit tout permis et dont l'approche je-m'en-foutiste de la crise du coronavirus est l'illustration.
C'est un album libéré, Jason ayant surmonté, selon ses propres termes, "une période de honte d'appartenir à la classe ouvrière et de la façon dont je parle". Lors de la réalisation de ce disque, il a appris qu'il souffrait d'une malformation de naissance, le spina-bifida, une maladie potentiellement mortelle. Cette découverte lui a rappelé de puissants souvenirs de son enfance, qui sont évidents lorsqu'on se rapproche de "Fishcakes".
Spare Ribs" est le son d'un groupe si sûr de son propre terrain sonore qu'il peut maintenant explorer ses régions extérieures. Le titre de l'album, selon Jason, est né de "l'idée du nombre de personnes qui sont mortes de la première vague de coronavirus, les vies humaines sont toujours sacrifiables pour les élites... Nous sommes en état constant d'être des spare ribs". Pourtant, les Sleaford Mods sont une partie essentielle de l'anatomie musicale de la Grande-Bretagne.